Les avocats d’expression anglaise font la grève.

  • Posté Par @Marie Serges Zakouda le 21-10-2016
  • 5 comments

Depuis le 15 mai 2015, ils réclament la traduction en anglais des actes uniformes de l’OHADA 

 Les ‘‘Actes uniformes’‘ de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) n’existent  que dans la langue française. Une situation qui m’est à mal l’exercice de la profession d’avocat pour les ressortissants des régions du Sud-ouest et du Nord-ouest. Il n’est pas normal qu’on applique le Code civil francophone dans nos juridictions. Pour se faire entendre, ils ont décidé depuis mardi 11 octobre 2016, de perturber le déroulement des procès ou de ne pas assister leurs clients. Une situation qui a entrainé du désordre ; certains prévenus ont été jugés sans avocats. D’autres audiences reportées à une date ultérieure.

Selon les avis recueillis auprès des avocats, le dialogue avec les ‘‘autorités camerounaises’‘ avait été souhaité pour ‘‘éviter d’en arriver à cette grève’‘. D’ailleurs Me Harmony Bobga, président de l’Association des avocats du Nord-Ouest déclarait à nos confrères de la BBC : « Nous avons tout fait pour engager le dialogue. Depuis le 15 mai 2015, nous réclamons la traduction en anglais des actes uniformes de l’OHADA ». Mais rien n’a été fait. Tout porte à croire que l‘Etat veut leur ‘‘ imposer le droit civil en vigueur dans les régions francophones du Cameroun’‘. Or, ils revendiquent le ‘‘système juridique du Common Law’‘, héritage anglo-saxon de la colonisation.

Au moment ou nous mettons cet article sous presse, il semblerait que les avocats anglophones auraient adressé une correspondance à Paul Biya. Dans cette lettre, ils exigeraient la mise sur pied d’un comité ad hoc qui sera chargé d‘étudier et satisfaire leur revendication.