dimanche 25 juin 2017
LA DESCENTE AUX ENFERS DE NICOLAS SARKOZY

Le pygmalion du XXI ème siècle sort par la petite porte C’est un pari raté pour celui qui a été président français de 2007 à 2012, Nicolas Sarkozy ,61 ans, a été battu au primaire non pas par le technocrate Alain

Juppé mais par son ancien premier ministre, François Fillon en qui Nicolas ne voyait plus, avec une dose de mépris qu’un « collaborateur ». En effet, Nicolas Sarkozy est revenu en politique en septembre 2014. Elu à la tête de l’ex UMP – rebaptisé Les Républicains – en novembre 2014.  Cette descente aux enfers est due au fait que le président des Républicains aurait commis deux erreurs, qui lui

Le pygmalion du XXI ème siècle sort par la petite porte C’est un pari raté pour celui qui a été président français de 2007 à 2012, Nicolas Sarkozy ,61 ans, a été battu au primaire non pas par le technocrate Alain Juppé mais par son ancien premier ministre, François Fillon en qui Nicolas ne voyait plus, avec une dose de mépris qu’un « collaborateur ». En effet, Nicolas Sarkozy est revenu en politique en septembre 2014. Elu à la tête de l’ex UMP – rebaptisé Les Républicains – en novembre 2014.  Cette descente aux enfers est due au fait que le président des Républicains aurait commis deux erreurs, qui lui ont été fatales. Il s’agit d’avoir oublié les élites traditionnelles et de ne pas avoir cru à cette primaire. Plus explicitement, la défaite de Sarkozy est la résultante de la négligence des capacités de François Fillon, l’oubli ou l’ignorance de la douleur française notamment celles des territoires et des élites traditionnelles qui ne l’ont jamais accepté. A cela s’ajoute son statut d’ancien président de la république qui aurait contribué à détériorer son image. Lors des débats télévisés, chacun de ses adversaires lui adressait de vifs reproches sur le bilan de son quinquennat à l’Elysée. Nicolas Sarkozy croyait avoir une chance, mais son erreur de diagnostic et de son positionnement lui ont couté la victoire. Déjà le candidat malheureux n’a pas hésité de s’attarder sur les remerciements, tout en faisant la promesse de se consacrer davantage à ses «  passions privées ». Aussi il souhaiterait se rallier à François Fillon qui se présente comme le grand favori pour la campagne présidentielle de 2017. En fait, Nicolas Sarkozy, ce grand fauve de l’arène publique française incarne ce pilier qui pourrait aider Fillon à affronter au mieux l’extrême droite. Cependant, l’on annonce que l’ancien président français aurait des velléités pour le poste de président du conseil européen. Déjà en 2008, il n’avait pas caché son plaisir d’avoir présidé et bousculé l’Union européenne. Certes, il a échoué sur le plan interne qu’adviendrait-il de lui sous d’autres cieux ?

LA DESCENTE AUX ENFERS DE NICOLAS SARKOZY

Laisser un Commentaire