feature-top

La journée de lundi 16 janvier 2017 restera à jamais gravée dans les mémoires de ces élèves qui ont été lynchés et chassés de leurs établissements scolaires. En effet, des vidéos circulant dans les réseaux

sociaux mettent en scène un élève la quinzaine à peine sonné, habillé d’un uniforme bleu, un sweater noir raillé et d’un sac à dos en train de subir une bastonnade souveraine pour avoir violé le mot d’ordre lancer depuis quelques semaines. Dans une autre, l’on peut voir un établissement pris d’assaut par des hommes armés de gourdin et de matériel de fortune demandant aux élèves

La journée de lundi 16 janvier 2017 restera à jamais gravée dans les mémoires de ces élèves qui ont été lynchés et chassés de leurs établissements scolaires. En effet, des vidéos circulant dans les réseaux sociaux mettent en scène un élève la quinzaine à peine sonné, habillé d’un uniforme bleu, un sweater noir raillé et d’un sac à dos en train de subir une bastonnade souveraine pour avoir violé le mot d’ordre lancer depuis quelques semaines. Dans une autre, l’on peut voir un établissement pris d’assaut par des hommes armés de gourdin et de matériel de fortune demandant aux élèves d’enlever les chemisettes de leurs uniformes et de retourner immédiatement chez eux. Des images qui donnent froid dans le dos. L’on comprend que l’heure n’est plus à la rigolade. Les populations des régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest sont plus que jamais décidées à créer un état fédéral. Déjà leurs revendications sont connues : libération de émeutiers, gérance du port de Tiko et de Limbé et alternance au sommet de l'Etat. Les ministres envoyés en cascade ont fait montre de leur incapacité à trouver un terrain d’entente. Les tentatives de corruption orchestrées par certains membres du gouvernement n’ont pas trouvé de terre fertile. Seul Paul Biya est à même de trouver la solution à ce problème qui paralyse le Cameroun depuis des mois. Il est temps que Biya descende à Bamenda pour trouver la solution idoine. Parce qu’à la vérité Bamenda a toujours été de la prunelle aux yeux du président. De mémoire, l’on peut se souvenir que c’est dans cette partie du Cameroun qu’il effectua son premier voyage en tant que président ; c’est aussi dans cette ville qu’il fondit en 1985 les bases du rassemblement démocratique du peuple Camerounais.

feature-top
feature-top

Laisser un Commentaire