feature-top

Le 7 janvier dernier à Bangangté des centaines d’étudiants ont été molestés parce qu’ils  protestaient contre une année supplémentaire que leur ont imposé les autorités universitaires. Les étudiants en

pharmacie de l’université des montagnes située à Bané Kané à 12 kilomètres de Bangangté, savaient en s’inscrivant qu’ils décrocheraient leur diplôme au bout de six ans. Malheureusement en ce début d’année, ils ont été informés par les autorités universitaires que la formation durera désormais sept ans. Ce qui en d’autres termes signifie qu’il faudra

Le 7 janvier dernier à Bangangté des centaines d’étudiants ont été molestés parce qu’ils  protestaient contre une année supplémentaire que leur ont imposé les autorités universitaires. Les étudiants en pharmacie de l’université des montagnes située à Bané Kané à 12 kilomètres de Bangangté, savaient en s’inscrivant qu’ils décrocheraient leur diplôme au bout de six ans. Malheureusement en ce début d’année, ils ont été informés par les autorités universitaires que la formation durera désormais sept ans. Ce qui en d’autres termes signifie qu’il faudra débourser en termes de pension un million et demi de francs CFA en plus. Cette somme n’inclut pas les documents, l’hébergement, le transport etc. Ayant voulu protester, les étudiants ont vu débarquer des pick-ups bourrées d’hommes en tenues cagoulés, armés de matraques, gaz lacrymogènes et d’armes à feu. En quelques minutes le campus s’est transformé en champ de bataille. Bilan des étudiants blessés et frustrés, mais des  foyers de tentions persistent. Les pouvoirs publics ont voulu étouffer cette grève des étudiants de Bangangté pour qu’elle ne rentre pas dans le compte de la continuité des événements des régions anglophones, et surtout que l’université des montagnes est située dans le département d’origine du président du sénat Marcel Niat Njifendji, plus précisément à 12 kilomètres du centre de Bangangté lieu de sa résidence. On aura beau étouffer les mouvements de grève, mais ce qui est à retenir et que le Cameroun se trouve dans un malaise profond et si on veut mettre en terme à ça, ce n’est pas avec les armes...

feature-top
feature-top

Laisser un Commentaire